Culte du Retour de Camp

culteKT2016_groupe

3 avril 2016 au Temple du Bas… Que celui qui a dit que les ados ne se lèvent jamais avant midi le dimanche tourne sept fois la langue dans sa bouche avant de parler!

Retour sur le camp de KT

La préparation de ce culte de retour du camp par les catéchumènes, moniteurs et pasteurs de la paroisse de Neuchâtel et de la Côte les a pour sûr fait se coucher tard et lever tôt!

culteKT2016_lectureRéunie pour ce culte paroissial, l’assemblée a pu se rendre compte qu’un camp de KT d’une semaine n’est pas une sinécure au bord d’une piscine à siroter un jus de fruit casque sur les oreilles… Au contraire, nous avons pu mesurer combien ces jours ont été intenses de partage, de réflexion, d’activité et de création.

Ecoutons-les…

De jeunes musiciens donnent le ton de cette jeunesse déjà virtuose en bien des domaines… Toute l’assemblée se joint à eux pour chanter

culteKT2016_musiqueEcoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit, on marche sur la route, on marche dans la nuit

Ecoute, écoute, les pas du Seigneur vers toi, il marche sur la route, il marche près de toi

Oui… nous sommes tout à l’écoute lors de cette cérémonie animée par la force de vie de ces jeunes. Le sérieux côtoie l’humour, le discernement se joint à l’intuition. Ils ont partagé avec nous leur rapport sensible et intelligent qui les lie au monde, aux autres et à Dieu.

Laissez tomber vos masques!

KT_masquesLe groupe a proposé une réflexion sur nos attitudes complexes dans nos relations à l’autre et à nous-même, dans un cadre social où il n’est pas toujours facile de s’accepter et d’accepter son prochain.

Le Seigneur, lui, nous aime tels que nous sommes… quelle bonne nouvelle, qui donne l’envie de laisser tomber nos propres masques et de regarder derrière celui des autres, d’ouvrir notre cœur dans la confiance et l’espérance.

culteKT2016_lecturebonhoeffer

 

Cependant, nos jeunes ne se montrent pas naïfs pour autant… la profondeur et l’humour ont été ici deux manières de prendre du recul, de comprendre le monde, de l’accepter tel qu’il est sans renoncer à agir.

De la profondeur…

La lecture d’un poème de Bonhoeffer écrit en prison a fait ressortir tout le tragique mais aussi l’espérance qui caractérisent les questionnements existentiels du théologien allemand opposé au régime nazi. Son regard est lucide, grave et inquiet, mais ses yeux aspirent malgré tout à la beauté, à l’amour et à la paix.

bonhoefferbonhoefferSuis-je vraiment celui qu’ils disent ?
Où seulement cet homme que moi seul connais,
Inquiet, malade de nostalgie, pareil à un oiseau en cage,
Cherchant mon souffle comme si on m’étranglait,
Avide de couleurs, de fleurs, de chants d’oiseaux,
Assoiffé d’une bonne parole et d’une espérance humaine

Ce court extrait montre à quel point ces adolescents sont loin de l’inconscience et de l’indifférence indolente que leurs aînés leur prêtent parfois à tort.

… et de l’humour

Mais, plein de vie, cette jeunesse sait qu’elle peut compter sur certaines ressources pour vivre dans ce monde imparfait et dur. Elle a su l’apprivoiser par le rire, pour un regard autre, pétillant de joie dans un sketch plein de malice.

culteKT2016_sketchVivre ensemble lors du camp, tel en était le thème. L’humour a permis apparemment à chacun de participer à l’ingrate et inévitable vaisselle dans une connivence de groupe…

Diversité des goûts, des dons… une semaine sous le signe du partage et de la solidarité.

Ce qu’ils ont vécu lors du camp leur appartient, mais ce qu’ils ont bien voulu partager avec nous a donné à plus d’un parmi l’assemblée l’envie de retrouver ce temps béni de leur jeunesse…

Avec eux, nous avons encore chanté ces belles paroles de Thérèse d’Avila

culteKT2016_chantNada te turbe, nada te espante
Quien a Dios tiene, nada te falta
Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie
Qui a Dieu ne manque de rien

C’est vrai… il ne manquait rien!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *