Week-end de Ski de l’Aumônerie de Jeunesse (11-13 février 2017)

Du 11 au 13 février s’est déroulé le traditionnel week-end de ski de l’Aumônerie de Jeunesse de Neuchâtel. 24 jeunes se sont retrouvés pour partager des moments conviviaux et sportifs.

Continuer la lecture de « Week-end de Ski de l’Aumônerie de Jeunesse (11-13 février 2017) »

Sans frontières : l’exposition de la Coudre (11-12 février 2017)

Bonjour,

Ces 11 et 12 février 2017 s’est tenue la 29e exposition de La Coudre. Comme chaque année, notre paroisse y a pris part en animant pour cette édition un stand sur la Bible…

 

Je m’y suis rendue ce dimanche et je vous propose de partager mes impressions, mes coups de cœur, en m’excusant d’avance de ne pouvoir rendre compte de la richesse et la diversité apportée par les nombreux exposants. Continuer la lecture de « Sans frontières : l’exposition de la Coudre (11-12 février 2017) »

La PAC fête ses vingt ans! Le 4 septembre 2016 aux Valangines

PAC_20ans_titre

Ce dimanche, un double anniversaire dans notre paroisse pour deux « dames » du même âge. En effet, nous avons fêté les vingt ans de la Margelle au Temple du Bas, et les vingt ans de la PAC (Présence Afrique Chrétienne) aux Valangines.

De service à la Collégiale le matin, j’ai rejoins la cérémonie et la fête de la PAC à 11h30… avec une pensée pour la fête de la margelle… mais être au four et au moulin n’est pas dans mes cordes… dommage ! Continuer la lecture de « La PAC fête ses vingt ans! Le 4 septembre 2016 aux Valangines »

Au revoir… chère Elisabeth. Thomasmesse du 28 août 2016.

Thomasmesse28.8.2016_elisabeth3Nous étions nombreux à venir célébrer le Christ et Elisabeth Reichen (toutes proportions gardées, bien entendu). Diacre de notre paroisse depuis 2004, elle prend cette année sa « retraite », à mettre entre guillemets puisque nous aurons le bonheur de la voir développer sa créativité, son intelligence et ses talents d’organisatrice au service des événements du jubilé de la Réforme, entre novembre 2016 et novembre 2017…

C’est avec émotion, avec spiritualité, avec sa reconnaissance de tous et toutes et avec sa joie profonde qu’Elisabeth nous a accueilli suite à l’introduction musicale de Simon Péguiron à l’orgue.

Une parabole révoltante…

Pour cette dernière cérémonie, Elisabeth a choisi de nous mener à méditer la parabole des talents que l’on trouve au chapitre 25 de l’Evangile selon Matthieu, aux versets 14-30.

Pour en saisir toute la violence et l’absurdité, nous l’avons jouée en sketch, la resituant dans le contexte de notre société actuelle : une directrice sans cœur fait faire fructifier par ses employées ses actions par des moyens ignobles (corruption, licenciements, etc.) et renvoie celle qui, outrée par ces moyens sans vergogne, a refusé d’entrer dans cette logique du « toujours plus », cette politique d’entreprise axée sur le seul profit, n’hésitant pas à enfoncer le pauvre dans sa pauvreté, à user de moyens inhumains et pour le moins non chrétiens…

A la suite, Elisabeth nous a dit n’avoir jamais pu se satisfaire des explications données à cette parabole. Même les lectures allégoriques qui remplacent par exemple l’argent par les dons ne l’ont jamais pleinement convaincue… ne sommes-nous pas parfois incapables de mettre en œuvre nos capacités malgré notre bonne volonté, entravé par des contradictions, des peurs ? Par ailleurs, que ce soit de l’argent ou des dons, l’attitude du maître ne reste-t-elle pas profondément divergente du Dieu de l’Evangile annoncé par Jésus-Christ ?

Comment attribuer à Dieu ou à Jésus l’ordre de « jeter dans les ténèbres » le pauvre serviteur qui n’a pu ou pas voulu, face à un maître « dur », faire fructifier ses talents ? Comment imaginer que le Dieu de Jésus Christ dise de lui-même : « je moissonne où je n’ai pas semé, je ramasse où je n’ai rien répandu », alors que son Fils, et les Ecritures avant lui, nous disent sans cesse que c’est de lui que provient toute chose (il sème !), qu’il nous rassemblera (il moissonne !), et que tout retournera à lui (il ramasse !)

Elisabeth nous confie avoir écouté une pasteur allemande, Luise Schottroff qui a notamment été professeur de théologie à l’université de Berkeley, commenter ce texte à la radio… et la voix des anges s’est fait entendre, dit Elisabeth avec le sourire à la fois malicieux et plein de reconnaissance qui la caractérise. Elle nous enjoint donc à remettre la parabole dans son contexte historique, la société romano-juive du temps, et surtout dans son contexte textuel… En effet, l’image de ce faux royaume donné dans cette première parabole correspond à un consensus établi, exactement comme aujourd’hui nous subissons les actions politiques et économiques de notre époque. Il faut donc comprendre ce texte avec le passage qui le suit directement, les versets 34-40, et on comprend pourquoi le troisième serviteur a enterré ses talents et refusé la tâche donnée par le maître : « venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la formation du monde ». La « condition » énoncée dans ce passage est tout opposée à celle de la parabole des talents : le mot partage est clef : « j’ai eu faim, vous m’avez donné à manger […] chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ». Christ nous invite donc explicitement au partage des biens, et la parabole des talents n’était là que pour mettre à jour une logique inverse du chacun pour soi, du profit qui règne dans le monde. J’ai aimé résumer avec mes propres mots la prédication d’Elisabeth, mais, et c’est encore mieux, vous pouvez lire son texte qu’elle nous transmets généreusement ici.

Les sept clefs de la sagesse

En hommage au livre de Frédéric Lenoir, « L’âme du monde », Elisabeth a choisi de réunir sous ce titre les sept clés proposées par Lenoir qui collaient entièrement avec le thème choisi pour méditer autour de cette nouvelle interprétation de la parabole qui dénie ses soit-disant « conditions d’accès » au Royaume que nous lui attribuons d’habitude. Nous avons donc pérégriné librement à travers les espaces méditatifs nous enjoignant à approfondir la lecture de ce texte, accompagnés et mis en chemin par le duo réunissant Simon Peguiron au piano et Antoine Joly à la clarinette.

Dans la salle du bas, nous avons pu danser au rythme de la voix des anges, guidés par Marie-Claire Vallotton…  De Patrick Chabloz, nous avons pu recevoir une bénédiction pour « accepter ce qui est ». Certains ont préféré se tenir immobile pour méditer à la flamme des bougies, ou approfondir leur pratique méditative en découvrant les étapes fondamentales de la prière hésychaste : s’ancrer en soi comme une montagne, s’ouvrir à la beauté fragile de la terre, par exemple celle d’un coquelicot, laisser le souffle agir en nous comme les vagues d’un océan, prier comme Abraham dans la confiance, prier comme Jésus qui appelait Dieu « Abba » et finalement repartir dans le monde, toujours emplis de cette prière qui agit en nous. J’inspire : « Bénis l’éternel », j’expire : « ô mon âme »….

Nous pouvions aussi nous exprimer…  sur le mur de lamentations autour du « sens de la vie » pour se décharger de ce qui nous pèse et demander l’aide de Dieu, et être ensuite disponible pour afficher une fleur sur le panneau du jardin de l’âme, où nous pouvions noter les qualités à entretenir et faire pousser dans notre monde et dans nos vies. Dans l’espace « Rétribution….», nous avons pu trier ce qui nous semblait appartenir à la « surabondance indécente » et ce qui relevait de la « vie en abondance ».

Je partagerai encore avec vous l’expérience réflexive que j’ai menée afin de comprendre que « Nul ne peut servir deux maîtres… ». J’ai suivi les étapes, et la première consistait à poser un problème qui nous paralyse et face auquel nous ne savons pas comment réagir, tiraillés entre des oppositions qui nous semblent insurmontables (pour ma part, c’était : « finir ma thèse »). Nous devions ensuite lister les « oui » (« j’en ai les capacités et j’aime mon sujet ») et les « non » (« ce travail me fatigue, me stresse et ne correspond pas à ce que je veux comme travail et comme quotidien dans l’avenir »). Une fois ces contradictions exprimées, nous devions exprimer ce qui nous semblait la raison du « pour » et du « contre » pour proposer ensuite une vision d’ensemble (« même si ce n’est pas ce que je veux faire plus tard, c’est une étape de ma vie qui me tient à cœur »). Face à cette unité retrouvée dans les données du problème, nous étions encouragés à chercher les premiers pas à faire pour donner une orientation nouvelle à notre vie face à ce problème (« je peux me poser une limite de temps, me rappeler que tout reste ouvert après cela, travailler avec constance mais ne pas négliger les autres aspects de ma vie »). Très constructif, je ne manquerai pas de refaire l’exercice face à d’autres problèmes… et j’ai ensuite médité en silence et prié le Christ de me guider par son Esprit dans la suite de mon travail.

Discours émus et émouvants

Thomasmesse.28.8.16_joyana

Le chœur de femmes Joyana a donné à la Cène toute la joie qui caractérise ce moment intense de communion et accompagné les discours d’adieux en l’honneur d’Elisabeth.

 

Catherine Bosshard, notre présidente de paroisse a évoqué les innombrables activités d’Elisabeth parmi nous durant ces douze années, elle a rendu hommage à son intelligence, sa joie et sa créativité et l’a remerciée de nous avoir donné d’approfondir notre foi, de nous ouvrir aux autres, de nous engager pour le monde mais aussi de faire un pas vers ceux qui, proches de nous, se sentent en marge de la paroisse. Elle ajoute que, nous qui avions parfois de la peine à la suivre dans le bouillonnement de ses projets, nous nous rappellerons toujours de son énergie.

Thomasmesse.28.8.16_eli-bouquetC’est sur cette insatiable motivation à monter et faire vivre des projets qu’a rebondi Christophe Allemann qui, au nom du Colloque, lui a souhaité une « fructueuse retraite », puisque notre diacre organisera encore au niveau cantonal le jubilé de la Réforme.

Il a ensuite rendu hommage à sa capacité à mettre en valeur les talents des bénévoles, son accueil toujours entier et sa richesse spirituelle dans les activités et cérémonies paroissiales, ainsi que son engagement fervent pour une ouverture au monde à travers les expositions inter-religieuses, les animations autour des campagnes Terre Nouvelle. La liste de ce qu’elle nous a apporté pourrait s’étendre… et la soirée s’est poursuivie par un apéritif dinatoire organisé par la Joliette où chacun a pu compléter ces deux belles allocutions par des mots plus personnels.

N’hésitez pas à poster ici en commentaire vos sentiments et vos messages suite à cette soirée magnifique…
Thomasmesse.28.8.16_bouquet2Je terminerai donc sur une note plus personnelle, une pensée métaphorique qui m’est venue devant les deux bouquets présents sur le devant de la scène lors de la cérémonie. Le premier a été spécialement cueilli dans un jardin pour Elisabeth qui aime les fleurs naturelles et de saison.
Le second était un beau bouquet garni offert par la paroisse. Elisabeth a été pour moi une fleur des champs qui a poussé librement dans la serre qu’est notre paroisse, mais également tout autour.

Thomasmesse.28.8.16_bouquetDans l’arrangement floral qu’est notre paroisse, elle a ajouté la note naturelle, vive et sensible à la fois, qui caractérise la fleur des champs. Toujours « de saison », attentive à l’air du temps, aux besoins de notre paroisse mais aussi aux différents climats religieux de notre monde.

Je remercie du fond de mon cœur Elisabeth pour la fraîcheur des fleurs des champs qu’elle a plantées, soignées mais aussi laissé pousser librement dans notre jardin paroissial…

Bien sincèrement

Cécile

PS : j’avais oublié mon appareil photo lors de la cérémonie, vous pouvez m’envoyer les vôtres pour qu’elles viennent étoffer cet article à l’adresse cecile.guinand@unine.ch

Soirée jazz et raclette, le 3 septembre à l’Ermitage

julienrevilloud

Julien Revilloud Trio

Après un premier passage en 2014 avec son magnifique projet Cordes sensibles, Julien Revilloud est de retour avec son trio pour présenter leur deuxième disque « Carré d’As », le 3 septembre dans le cadre des soirées jazz et raclette.

Avec Maxence Sibille à la batterie et Jean-Pierre Schaller à la basse, les trois complices délivrent une musique où groove, écoute et improvisation sont les maîtres mots. Un jazz « melting pot » aux yeux grands ouverts sur le monde, qui convient parfaitement à la philosophie de ces soirées!

Pour en savoir plus sur Julien Revilloud Trio, rendez-vous sur son site internet.

Programme

18h00-20h45. Apéro-raclette au jardin du foyer de l’Ermitage.

21h00. Concert à la chapelle ou jardin du foyer selon la météo.

Vente des places pour le concert (20.-) durant l’apéritif ou à l’entrée dès 20h45.  Vous pouvez aussi opter pour un abonnement personnel valable jusqu’à fin 2017: trois concerts pour la somme de 50.-

Contact pour toute information complémentaire et abonnements : jazz-raclette@hotmail.com

Retrouvez-nous sur Facebook.

 

 

Vente paroissiale au Temple du Bas le 1er octobre. Disponible?

LA PAROISSE REFORMEE EN FETE !

 

 

Samedi 1er octobre 2016

 de 9 heures à 17 heures

au Temple du Bas

 

 

Une animation particulière permettra à la population de trouver son bonheur à la brocante ou au stand de livres, toujours bien fournis, ou de se restaurer dès midi au sous-sol. Bien entendu le tea-room sera ouvert toute la journée.

L’occasion est ainsi offerte à chacun de faire une petite pause et de fraterniser autour d’un café ou du verre de l’amitié.

Participez!!

Si vous avez des livres et des objets de brocante à donner, si vous pouvez confectionner des cakes, des tresses, des confitures ou  des caramels pour alimenter le stand de pâtisseries, n’hésitez pas à prendre contact avec Michel ou Claire Humbert au 032 724 41 12 (heures des repas) ou au secrétariat paroissial 032 725 68 20 qui transmettra votre appel ou par e-mail: carole.blanchet@eren.ch

 

Qu’on se le dise !  Et MERCI de votre très précieuse collaboration !

Jubilé de la Réformation

logo

Lors de la réunion du synode le 8 juin dernier, Elisabeth Reichen nous a présenté les festivités qui ouvriront l’année du Jubilé de la Réformation à Neuchâtel les 8 et 9 novembre prochains, festivités qui se poursuivront durant une année partout dans notre canton.

Afin de réjouir, et de nous y préparer, je souhaite ici vous retracer sa présentation.

Continuer la lecture de « Jubilé de la Réformation »

Séminaires d’accompagnement spirituel du 25 au 30 juillet 2016

Libe_1-3_400

L’accompagnement spirituel en Église

Découvrir les fondements d’une prière qui libère

Séminaires de Gilles Boucomont à Neuchâtel

L’accompagnement spirituel est un ministère de toute l’Église et concerne tant les pasteurs que les laïcs. Dans une époque où la médecine a fait d’énormes progrès et la psychologie a trouvé ses lettres de noblesse, l’Église est appelée à devenir un espace pour accueillir avec amour et compétences les souffrants, les exclus et les blessés de la vie que le Seigneur envoie.

En vue de cette nouvelle culture du soin en Église, Gilles Boucomont nous enseigne comment éviter le cocooning et la plainte-complainte et comment rendre à tous les baptisés leur assurance de chrétiens en favorisant leur participation à l’action libératrice et thérapeutique du Christ.

Continuer la lecture de « Séminaires d’accompagnement spirituel du 25 au 30 juillet 2016 »