3e dimanche de Pâques

Chers amis de la paroisse de la Côte,

Selon les mesures d’allègement du confinement, nous devrons encore patienter (j’ai failli dire, aussi peu que possible mais aussi longuement que nécessaire). L’Eglise évangélique réformée de Suisse prépare des concepts de protection à présenter au Conseil fédéral dans la perspective d’une éventuelle reprise (probablement par étape) des célébrations à l’horizon de début juin.

Je suis sûr que, en ce temps de confinement, vous continuez à trouver la force et la ressource spirituelle chacun-e à la manière qui vous ressemble avec les moyens qui vous inspirent. Je me permets de rappeler tout simplement le portail de notre Eglise neuchâteloise qui relaie chaque jour les pistes qui sont proches de nous : www.eren.ch

Pensées pour les enfants et les jeunes

Ces jours-ci je ne cesse de penser aux enfants et moniteurs avec qui j’aurais dû passer une semaine de camp. Demain, on aurait célébré le culte du retour de camp, que les moniteurs avaient préparé avec le thème “voyage autour du monde”. Portez ce dimanche dans vos pensées et prières ces enfants et jeunes. Que ce temps troublé ne devienne pas un prétexte d’assombrissement pour eux mais qu’ils sachent y puiser la force et la liberté de l’élan pour un avenir rayonnant.

Culte de ce 3e dimanche de Pâques

Le troisième dimanche de Pâques, nous accompagnons annuellement les deux disciples marchant vers Emmaüs. Nous nous donnons rendez-vous à 10 heures, sur la radio Espace 2. Il sera transmis en direct encore une fois depuis le temple de Rolle (VD). C’est la pasteure Roselyne Righetti qui présidera la célébration.

Proposition de communion

Comme les dimanches précédents, je propose un texte pour la communion à domicile, que nous pouvons vivre ensemble à la fin du culte radiodiffusé. Vous le trouverez ci-dessous. Pour rappel, les mots qui y figurent ne sont qu’une proposition, délibérément allégée çà et là ; vous en trouverez peut-être d’autres qui vous ressembleront plus.

Au sujet de cette “tradition neuchâteloise” — je veux dire : la Sainte-Cène hebdomadaire — j’ai eu une discussion téléphonique avec une amie paroissienne durant cette semaine. La discussion a été très intéressante, m’a beaucoup nourri, et depuis je chemine pour savoir à nouveau frais ce que c’est l’eucharistie pour moi. Peut-être pourrais-je partager un jour avec vous ce que j’en tire de ce cheminement.

2e médiation sur l’épître de Jacques

Mais en attendant, vous avez déjà de quoi enrichir vos réflexions. En effet, Yvena vient de nous livrer sa deuxième méditation sur l’épître de Jacques. Elle s’intitule : “Demander la sagesse : prière de la foi pour endurer dans les épreuves” (chapitre 1, versets 5 à 8). Vous le trouverez en allant CETTE PAGE.


Texte pour la communion

(Vous pouvez aussi télécharger le document en format PDF en CLIQUANT ICI.)

Après avoir préparé un morceau de pain et un verre de vin ou quelque chose de semblable, nous disons :

Le Seigneur est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Seigneur Vivant, aujourd’hui nous te le demandons comme les disciples à Emmaüs : reste avec nous. Fais brûler notre cœur de ta présence dans le partage de ce pain et de ce vin, et permets-nous d’être en communion les uns avec les autres, au-delà des distances.

Vraiment, il est juste et il est bon de te glorifier, Seigneur, en tout temps, mais plus encore en ces jours où le Christ, notre Pâque, a été immolé, lui qui ne cesse pas de s’offrir pour nous, et qui reste éternellement notre défenseur auprès de toi, toujours vivant, toujours avec nous, jour après jour, dans ce repas de fête, jusqu’à la fin des temps. C’est pourquoi le peuple des baptisés, rayonnant de la joie pascale, exulte par toute la terre, tandis que les anges dans le ciel chantent sans fin l’hymne de ta gloire : Saint !… est le Seigneur !    (Chant de louange si l’envie en vient)

Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et après avoir rendu grâce, il le rompit et le donna à ses disciples en disant : « Prenez et mangez, ceci est mon corps donné pour vous. »

De même, après le repas, il prit la coupe, et après avoir rendu grâce, il la donna à ses disciples en disant : « Buvez en tous, ceci est mon sang, le sang de l’alliance nouvelle et éternelle, répandu pour la multitude en rémission des péchés. Vous ferez cela en mémoire de moi. »

Seigneur Dieu, nous nous souvenons de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth. Morts et ressuscités avec lui, nous vivons dès maintenant de sa vie. Il transforme en course joyeuse nos chemins de tristesse, et nous entraîne dès à présent vers le Royaume qui vient.

Voici le pain et le vin. Que ton Esprit, souffle vivant, nous donne maintenant communion au corps et au sang de ton Fils, Jésus-Christ.

Dispersés de par le monde, nous sommes unis par la prière que nous avons reçu du Sauveur  : « Notre Père, qui es aux cieux… »

Le pain que nous rompons (rompre le pain) est la communion au corps de notre Seigneur Jésus-Christ.

La coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâce (élever la coupe) est la communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ.

(Si vous êtes seule-e à la maison, vous pourrez aussi dire :)

Voici le pain, communion au corps de notre Seigneur Jésus-Christ.

Voici la coupe, communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ.

(Communion)

Dieu notre Père, nous te rendons grâce. A travers ces signes du pain et du vin, tu nous as reçus à la table de ton Fils, tu nous as nourris par sa présence. Fortifie notre foi, augmente notre amour les uns pour les autres. Donne-nous de savoir te reconnaître dans nos vies quotidiennes, ouvre nos yeux et fais brûler nos cœurs, afin que nos vies soient rayonnantes de ta joie. Amen.


Bon dimanche !

Le 25 avril 2020, Hyonou Paik

Je partage:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *