Actualité

Formation initiale des visiteurs bénévoles 2018-2019

Un parcours de 5 rencontres entre septembre 2018 et janvier 2019, organisées par l’EREN, l’Église catholique romaine et l’Église catholique chrétienne.

Programme détaillé et formulaire d’inscription: Formation initiale des visiteurs bénévoles 2018-2019 (pdf)

Une flyer à partager pour faire connaître cette formation: Flyer formation visiteurs (pdf)

Renseignements auprès de Jacqueline Lavoyer: jacqueline.lavoyer@eren.ch.

«Journée internationale du vivre ensemble en paix» dans le canton de Neuchâtel

16 mai 2018, première Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix

Communauté israélite: Ouverture de la synagogue de 19h à 20h. Nous serons présents pour des explications concernant le judaïsme, l’histoire de la communauté juive cantonale et sur le bâtiment.

Mosquée Selahaddin Eyyubi (Fondation culturelle d’Anatolie): La mosquée Selahaddin Eyyubi est située à l’avenue de la gare 41 à Neuchâtel. La communauté serait ravie de partager son souper de rupture du jeûne. La rupture se fera à 21h07.

Bouddhisme zen: Le Centre zen, Daniel-Jeanrichard 35 à La Chaux-de-Fonds ouvrira ses portes de 16h à 18h30. Possibilité de rencontre, de dialogue, de découverte en buvant une tasse de thé.Ouvert à toutes et tous.

Eglise Orthodoxe neuchâteloise: Accueil dans notre Eglise St-Nectaire de Grand -Rue 13, 2035-Corcelles entre 18h et 19h.

Grandchamp: Partage de la prière silencieuse à la Chapelle de l’Arche à 15h. Office du soir à 18h30.

Voir aussi:

NON à l’initiative No Billag – Rejet du texte en votation le 4 mars 2018

Le Conseil synodal de l’Eglise réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN) a pris position sur le texte de l’initiative populaire fédérale No Billag. Une Suisse a besoin de médias du service public, qui assurent une couverture médiatique plurielle et donnent une voix aux minorités ainsi qu’aux plus faibles. Il propose avec la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) de rejeter cette initiative.

Emission Passerelles des trois Eglises reconnues du canton de Neuchâtel

En ce qui concerne Neuchâtel, Canal Alpha serait appelé à disparaître, avec ses émissions religieuses, qui constituent une source d’information appréciée de nombreux chrétiens. L’EREN ne peut souscrire à cet appauvrissement d’une source d’information qu’apprécient de nombreux paroissiens et qui constitue un relais audiovisuel de qualité des manifestations ecclésiales.

Comité de soutien neuchâtelois contre l’initiative

M. Christian Miaz, président du Conseil synodal, est l’un des 50 ambassadeurs au comité de soutien neuchâtelois contre l’initiative No Billag qui met tout en œuvre pour sauver nos médias régionaux.

Conséquences de l’initiative

No Billag est une initiative visant à supprimer les redevances pour la radio et la télévision. Elle se réfugie derrière des arguments apparemment séducteurs : liberté du citoyen face à ses dépenses,  soulagement pour les entreprises, augmentation générale du pouvoir d’achat, donc redynamisation de l’économie. Le peuple suisse est appelé à se prononcer le 4 mars sur ce sujet d’importance.

Les conséquences d’une acceptation de l’initiative seraient destructrices face à la richesse des sources actuelles d’information. Un OUI à No Billag signifierait la disparition de toutes les chaînes liées à la Suisse romande, en particulier les chaînes locales.

Engagements œcuméniques

En août 2017, les Églises neuchâteloises se sont rassemblées à Chézard-St-Martin pour célébrer le Seigneur Jésus-Christ qui nous unit dans une seule et même foi. Elles ont ainsi voulu manifester la volonté de continuer leur cheminement œcuménique et de grandir ensemble dans la communion. A l’appel de la communauté Don Camillo de Montmirail et de la communauté des sœurs de Grandchamp avaient répondu l’Église réformée évangélique, l’Église catholique romaine, l’Église catholique chrétienne, la Fédération des Églises évangéliques, l’Église orthodoxe et l’Église anglicane. Les représentants de ces Églises ont prononcé avec l’assemblée réunie cinq engagements. A l’occasion de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, nous voulons nous rappeler ces engagements et les réaffirmer.

Notre premier engagement. Nous, chrétiens du canton de Neuchâtel, nous voulons nous ouvrir à la richesse de nos différentes traditions. Nous voulons surmonter notre ignorance et exprimer notre gratitude envers Dieu.

Notre deuxième engagement. Nous, chrétiens du canton de Neuchâtel, nous voulons créer des occasions de prier ensemble : en nous rendant visite mutuellement dans nos lieux de prière, ou en rejoignant les prières communes existantes dans le canton.

Notre troisième engagement. Nous, chrétiens du canton de Neuchâtel, nous partageons la même foi en Jésus-Christ. Le témoignage biblique, éclairé par le Saint-Esprit, inspire notre chemin vers l’unité visible de tous les chrétiens. Nous nous engageons à prendre au sérieux ce témoignage et à vivre des rencontres communes à l’écoute de la Parole.

Notre quatrième engagement. Nous, chrétiens et citoyens du canton de Neuchâtel, nous voulons nous engager pour le bien de la cité. Nous voulons collaborer plus étroitement dans nos actions diaconales, dans la solidarité partagée, notamment en faveur des migrants.

Notre cinquième engagement. Nous, chrétiens du canton de Neuchâtel, nous nous engageons à ne pas nous habituer aux conséquences de nos divisions séculaires. Nous voulons favoriser entre nos Églises la mise en commun de leurs missions et le partage de leurs dons spécifiques. Nous nous engageons à soutenir les responsables de nos Églises et communautés dans une attitude de dialogue. Nous voulons chercher à toujours tenir compte des autres en vue d’offrir dans ce canton un témoignage crédible.


Engagements oecumeniques (A5 – pdf)

L’EREN a accueilli quatre nouveaux ministres

A Saint-Aubin, dimanche 14 janvier, l’EREN était en fête. A l’heure du coucher du soleil, de la tombée de la nuit, dans un temple archicomble, s’est en effet déroulé le culte de consécration et d’agrégation de quatre nouveaux ministres.

Président de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), Gottfried Locher a assisté à cette célébration synonyme de pierre blanche dans l’existence de Christine Hahn (consécration pastorale), Vy Tirman et Vincent Schneider (consécrations diaconales) ainsi que de Marianne Guéroult (pasteure de l’Eglise protestante unie de France – agrégation pastorale).

Christian Miaz, président du Conseil synodal, a conduit la cérémonie. «Notre appui et notre joie sont en Dieu le Père notre Sauveur, dans l’Esprit de vie. Bienvenue à toute l’Eglise réformée de Neuchâtel, à celles et ceux venus de près ou de loin pour nous entourer en ce jour de consécration», a-t-il déclaré en guise de salutation liturgique.

Yves Bourquin, président du synode, s’est ensuite substitué à Jacques Péter, président du Conseil paroissial du Joran, pour la prière d’ouverture. Félix Moser, ancien doyen de la faculté de théologie de l’Université de Neuchâtel, a quant à lui assuré la prédication. Une collation festive a mis un terme à l’événement. *

Par ailleurs, il n’est pas inutile de rappeler que ce même dimanche 14 janvier a coïncidé avec le culte d’installation de la pasteure Diane Friedli (La BARC – Colombier) et celui d’adieu d’Esther Berger (paroisse La Chaux-de-Fonds).

La galerie d’images

NB: Dans son édition 8 février prochain, le magazine «Passerelles» – diffusé sur Canal Alpha – proposera un sujet détaillé sur ce culte de consécration et d’agrégation.

Grand oratorio «Erntefeier»

Grâce à l’association Herzogenberg fondée en 2004, l’oratorio Erntefeier d’Heinrich von Herzogenberg  va revivre sous la direction de Mme Maryclaude Huguenin que vous pourrez aller entendre les

samedi 21 octobre 2017
à Neuchâtel, au Temple du Bas, à 20h

dimanche 22 octobre 2017
à La Chaux-de-Fonds, au Temple Farel, à17h.

Erntefeier est le dernier oratorio sorti de cette collaboration avec Friedrich Spitta, librettiste. Il fut achevé le 2 juillet 1898. Comme ces deux autres œuvres « Die Geburt Christi » (1894) et « Die Passion » (1895), les auditeurs sont invités à participer en chantant les quelques chorals connus parsemant l’œuvre. Contrairement aux deux autres œuvres citées ci-dessus, qui demandent une orchestration réduite aux cordes et à l’harmonium, celle-ci réclame un orchestre symphonique complet. Il s’agit ici d’une musique d’oratorio dans la digne suite des oratorios de Mendelssohn et des autres compositeurs du XXe siècle.

Le texte conçu par Spitta se compose exclusivement de citations bibliques (en partie librement retouchées) et de versets de cantiques qui est le fruit d’une réflexion théologique mûrement réfléchie et unique dans la littérature d’oratorios. Le point de départ fut le souci de trouver une contribution riche en contenu pour la célébration de la fête des récoltes qui était très populaire, mais à l’époque peu cultivée dans la musique ecclésiastique, Spitta avait besoin d’inventer un nouveau style.

Il décrit lui-même: «L’introduction donne une sorte de résumé ou écho de la célébration des récoltes; mais les trois parties veulent montrer comment les thèmes de cette fête agissent dans la vie, par rapport à la joie de vivre, par rapport au travail et au combat vital, par rapport à la fin de la vie; par conséquent, dans chaque partie un âge particulier s’exprime, d’abord les jeunes gens et les jeunes filles, ensuite les hommes et les femmes qui se trouvent au zénith de la vie, et pour finir les vieux qui regardent la terre d’où ils sont venus, et qui regardent vers le ciel qui leur réserve l’héritage impérissable».

Spitta prend donc la fête des récoltes dans son sens propre seulement comme point de départ dans l’Introduction, et présente ensuite en particulier trois scènes tirées de la vie. Les trois scènes de Erntefeier traitent dans chacune des trois parties un thème de conflit particulier en confrontant des personnes différentes:

«Les différences se manifestent dans la première partie, celle de la joie de vivre, par l’admonition qui vient de la part de deux personnes qui ont pris dignement de l’âge et sont devenues sages par leur expérience de la vie. En revanche, les problèmes évoqués dans les deux autres parties principales ne trouvent leur solution que par le poids de la personne du Christ».

Herzogenberg arrive à exprimer pleinement le potentiel dramatique de ces scènes et crée en même temps une dramaturgie d’ensemble qui, dans la dernière partie, fait vivre la dissolution de la tension dans la jubilation de l’action de grâce eschatologique tournée vers Dieu de manière si intense qu’on ne peut plus rester assis quand on chante ensemble: «Gloria sei dir gesungen» (comme c’est le cas quand on chante l’«Alléluia» du Messie de Händel).

  • Maria Diaz Coca, soprano
  • Véronique Rossier, alto
  • Raphaël Favre, ténor
  • Mohammed Haidar, basse
  • Maryclaude Huguenin, direction

Culte cantonal de la Réformation – dimanche 5 novembre 2017

La paroisse réformée de Neuchâtel se met «sur son 31» pour accueillir et organiser le culte cantonal de la Réformation le dimanche 5 novembre 2017 à 10h au Temple du Bas.

Après le café d’accueil dès 9h, le culte promet d’être, à l’instar de l’EREN, «haut en couleur». Deux chorales, Bee’s Gospel et EVelles, y participeront. Le prédicateur du jour, le professeur Pierre Bühler, nous emmènera, avec le support de dessins humoristiques, à la découverte des interactions fructueuses entre liberté, service et joie. Une prestation dansée par la troupe d’Adel Mirad, sur des préludes de Gershwin interprétés au piano par Simon Peguiron, fournira l’occasion de poursuivre la méditation de manière différente.

Le culte se terminera par une partie officielle durant laquelle seront prononcées différentes allocutions de représentants des Eglises et des autorités politiques, pour clore le Jubilé du 500e anniversaire de la Réforme.

Un apéritif dînatoire permettra de se restaurer et de prolonger ce moment de convivialité que constitue un culte cantonal.

Et pour conclure la journée, la compagnie «Les Tréteaux du monde» proposera un spectacle théâtral sur Martin Luther, spectacle offert par la Ville de Neuchâtel, partenaire du Jubilé de la Réforme.

Message des Eglises chrétiennes du canton de Neuchâtel à l’occasion du Jeûne Fédéral 2017

Dimanche 17 septembre 2017

« Si un immigrant vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l’exploiterez pas. Vous traiterez l’immigrant en séjour parmi vous comme un autochtone du milieu de
vous ; tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été immigrants dans le pays d’Egypte. Je suis l’Eternel, votre Dieu. » (Lévitique 19,33-34)

Le Jeûne fédéral que nous célébrons d’année en année réitère à temps et à contretemps une vérité dérangeante que nous ne voulons pas envisager : nous ne possédons pas le petit bout de terre sur lequel nous vivons. C’est vrai que ce petit bout de terre est prospère grâce à notre travail, mais le Jeûne fédéral nous rappelle que Dieu y est aussi pour quelque chose. Rendons grâces à Dieu pour cela ! Ce petit bout de terre que certains n’hésitent pas à qualifier de paradisiaque, n’est pas un espace hermétiquement clos, et il ne peut pas l’être. La Providence a voulu que nous y soyons non pas pour que le garder pour nous, entre nous, mais bien pour en faire une terre d’accueil. Que Dieu nous y aide !

C’est cela qu’on appelle la solidarité : un mouvement d’empathie qui nous pousse à aider les plus faibles d’entre nous, qu’ils viennent de chez nous ou d’ailleurs, parce qu’au fond, nous pourrions être un jour en situation de faiblesse et de détresse, et personne n’est à l’abri. Que Dieu fasse de nous des témoins crédibles de sa bonté !

«Painting Luther» dans le canton de Neuchâtel

 

Giulietta est une peintre dont la carrière n’a jamais véritablement décollé. Elle vit en copiant les grandes œuvres des peintres italiens.

Un jour, elle reçoit une demande originale d’un pasteur : copier le fameux tableau de Cranach représentant Martin Luther.  Elle se met au travail.

Tout se déroule normalement, jusqu’au moment où son Martin Luther « sort » du tableau… très énervé. Il explique alors à Giulietta que la Réforme est plus à vivre qu’à célébrer, plus à réinventer qu’à répéter et que bien avant d’être une époque de l’histoire, c’est un état d’esprit…

mercredi 27 septembre20h00NeuchâtelTemple du Bas
vendredi 29 septembre20h00CouvetGrande salle
dimanche 22 octobre17h00Le LocleMaison de Paroisse
mercredi 25 octobre20h00PeseuxTemple
dimanche 12 novembre17h00Saint-Aubin-SaugesSalle de spectacles (Débarcadère)