Culte de fin de catéchisme

Traditionnellement, le culte de fin de catéchisme s’appelle aussi «culte de confirmation», «confirmation» ou «culte de bénédiction des catéchumènes».

Chaque paroisse de l’EREN propose chaque année un culte festif, généralement au printemps:

Un culte paroissial marque la fin du catéchisme. Il est présidé par le pasteur qui en a assumé la responsabilité.

Règlement général de l’EREN, article 231t

En général, les paroisses proposent également un culte particulier pour le lancement de l’année de catéchisme. Il a lieu à la rentrée scolaire ou durant l’automne.

Les cultes de fin de catéchisme font partie des propositions de cultes de notre Église.

En savoir plus: La confirmation, une étape dans la vie du jeune protestant, par le pasteur français Antoine Nouis.

Prochains cultes de fin de catéchisme

Le catéchisme se termine par un culte de fête dont la forme et le
contenu sont déterminés par le pasteur responsable, en référence au Fil rouge de la catéchèse. Il en informe le Conseil paroissial. Il associe étroitement les catéchumènes à sa préparation. Ceux-ci doivent y trouver l’occasion d’une expression vraie de leur foi et de leur volonté d’engagement, sans forcer leur conscience. Cette cérémonie ne fait pas l’objet d’une inscription dans un registre, mais peut figurer dans un fichier.

Coutumier de l’EREN, entrée «Confirmation»

Majorité ecclésiale

La fin du catéchisme marque le passage à l’âge adulte du point de vue de l’Église. Le culte de fin de catéchisme est aussi un moment important pour l’EREN.

Dès l’âge de 16 ans révolus, les membres inscrits dans le registre de paroisse ont le droit de vote. Les mineurs ne peuvent toutefois pas prendre part aux votations qui entraînent pour l’Eglise ou pour la paroisse des obligations civiles.

Constitution de l’EREN, article 8

Tous les membres inscrits dans le fichier paroissial ont, dès seize ans révolus, le droit et le devoir de participer aux Assemblées de l’Eglise et d’y exercer, en tant qu’électeurs, leur droit de vote, à condition d’être domiciliés depuis trois mois
– dans la paroisse pour les affaires paroissiales,
– dans le canton pour les affaires synodales.

Règlement général de l’EREN, article 4

Voir aussi: